Copyright OIM 2018
Arménie

À la recherche de meilleurs soins de santé

La famille d’Anahit a sacrifié une partie de ses ressources pour que celle-ci puisse venir se soigner en Belgique. Après un séjour coûteux et moins bénéfique que prévu, elle est retournée en Arménie.

De meilleurs soins en Belgique

Anahit avait 53 ans quand elle a quitté l’Arménie : elle souffrait de problèmes de santé et espérait de meilleurs soins en Belgique. Pour pouvoir payer le voyage et les frais médicaux, sa famille avait dû vendre du bétail, représentant une bonne partie de ses ressources.

Les options de traitement en Belgique n’étaient finalement pas ce à quoi Anahit s’attendait, et la vie ici s’avérait trop chère. Sa famille lui manquait et elle a finalement fait appel au programme de retour volontaire. Pour ce faire, elle s’est adressée à un de nos partenaires à Malines et a rencontré un conseiller de l’OIM pour discuter de ses possibilités en Arménie.

Améliorer la petite entreprise familiale

Anahit est retournée dans son village natal auprès de son mari et de son fils. La petite famille vit de l’élevage et de l’agriculture, et vend ses récoltes et des produits dérivés au marché d’Erevan, la capitale arménienne.

Pour l’utilisation du budget de réintégration, Anahit a été conseillée par l’OIM en Belgique et en Arménie. Après concertation, elle a décidé d’utiliser la majeure partie du budget pour l’achat de bétail et pour l’accroissement des plantations. Une petite partie du budget a également permis d’acheter du charbon, un frigo et une cuisinière à gaz.

Anahit souffrant encore de problèmes de santé, le soutien à la réintégration lui a également permis de couvrir les frais d’une petite opération.

Formation pour devenir coiffeuse

Près d’un an après son retour, Anahit déclare que le soutien à la réintégration a eu un effet positif sur elle et sur sa famille. Les fruits et légumes sont vendus sur le marché et permettent à la famille d’être auto-suffisants.

Anahit bénéficie actuellement du programme d’aide à l’emploi. Elle suit en effet des cours de coiffure dans un salon à proximité. Après 3 mois de formation, elle passera en tant que stagiaire rémunérée. En plus de l’élevage et de l’agriculture, son but est de faire son propre salon de coiffure chez elle.

 

Source : OIM